La largeur de la chaussure

NC-TP 8

La largeur de la chaussure correspond à la mesure du périmètre relevé au niveau de l’articulation métarsophalangienne, elle est pratiquée à partir de la pointure 35.

L’identification de la largeur est codifiée en alfa ou en numérique. Exemple G est égal à la 7éme largeur, la mesure périmétrique varie avec la pointure (exemple : 35 = 21,7 cm – 42 = 24,5 cm). La mesure du périmètre augmente de 5 millimètres d’une pointure à l’autre. Ce qui explique parfois le choix d’une pointure supplémentaire pour plus de confort.

https://www.chaussmart.com/content/9-choisir-la-largeur-de-vos-chaussures

Des commerces de chaussures appelés « pieds sensibles » structuraient leur offre sur la base de pointure / parfois jusqu’à M – 12ème largeur.

Aujourd’hui le commerce de détail s’est bien égaré des normes qui s’imposaient pour passer de la fabrication artisanale à l’industrie. Il est rare de pouvoir se chausser en demi point de Paris et dans 2 ou 3 largeurs différentes. Les modèles changent trop vite et les pointures compliquent la rotation des stocks.

La fabrication de la chaussure est réalisée sur une forme. En général l’industriel fait le choix d’un morphotype pour sa forme, alors si vous trouvez chaussure à votre pied chez ce fabricant soyez fidèle.

Les chaussures orthopédiques

Pour les podo-orthèses on écarte la notion de largeur pour les raisons déjà évoquées pour la pointure mais outre le relevé périmétrique c’est le constat de la largeur d’appui. Une dimension qu’il n’est pas toujours possible de compresser en raison de la sensibilité d’un « oignon » (Hygroma – hallux valgus). Un exemple qui fera inévitablement souffrir le visuel des chaussures orthopédiques !

Publié dans Chaussage, Podo-orthèses